BREAKING NEWS

LOISIRS

WEEK-END

FETES

27 sept. 2012

La pêche française hisse ses couleurs

Trois pêcheurs en cirés jaunes, bonnets rouges sur la tête, c’est le logo qui signalera désormais les produits de pêche française. Ce logo est destiné à valoriser la production nationale dans un secteur submergé par les importations surtout quand on sait que seulement 20 à 25 % de ce que nous consommons est issu de la pêche française, le reste n’est qu’importation !
Selon l’organisme public FranceAgriMer le secteur de la pêche emploie 20.000 personnes en France métropolitaine avec une flotte de 4 700 bateaux. Mais suivent près de 300 entreprises de mareyage, 2 900 poissonneries indépendantes et 6 000 rayons spécialisés en grandes surfaces.
C’est donc tout un pan de notre économie qui est à sauver.
Ce « pavillon France » indiquera que les poissons viennent de navires français mais sera aussi soumis à un cahier des charges strict axé sur la pêche durable, la traçabilité,  avec enregistrement sous criée obligatoire etc. C’est une garantie que le poissonnier qui vous vend un poisson sous la bannière « pavillon France » travaille avec de petits pêcheurs, évite les intermédiaires et propose un bon rapport qualité-prix.

Jusqu'à présent la filière pêche ne pouvait donner que les identifications du type « Atlantique Nord-Est » ou « Atlantique Nord-Ouest » mais à présent le consommateur sera aiguillé sur son choix de manger du poisson pêché par des pêcheurs français. "Pavillon France apporte la proximité" aux consommateurs, explique Marc Duret, vice-président de France Filière Pêche et directeur des achats de produits de la mer chez Carrefour.
Le but est aussi de remettre au goût du jour des poissons moins connus du public mais que l’on trouve en quantité abondante et qui seront donc à des prix abordables. Le saumon et le cabillaud par exemple, monopolisent les rayons des poissonneries alors qu’il existe quelques 200 espèces sur le territoire français.

Selon une enquête IPSOS/Pavillon France menée au mois d'août, seuls 8% des acheteurs de produits de la mer frais ont moins de 35 ans. Ils ne sont que 66% à acheter des produits aquatiques frais au moins une fois par an, un taux de pénétration bien moindre que chez leurs aînés.

Une vaste campagne de communication est prévue sur le internet, à la télé et sur les réseaux sociaux pour valoriser les produits issus de la pêche française.
 
Copyright © 2013 HebdoCity
Powered by Blogger