BREAKING NEWS

LOISIRS

WEEK-END

FETES

6 oct. 2010

Immobilier et investissement locatif


Voulant diversifier vos placements, vous optez pour des investissements dans l’immobilier locatif.

Entre déductions fiscales et aides avantageuses, vous avez aussi un régime d’imposition à choisir. Tous d’abord, abordons la catégorie dans laquelle vous allez évoluer. S’agit-il de biens loués meublés ou vides ?

Dans le cas de biens meublés, vous relevez des BIC, les bénéfices industriels et commerciaux. Ne sont pris en compte pour l’imposition dans la catégorie des BIC au titre de l’impôt sur le revenu, que les revenus provenant de la location meublée faite par une personne physique qui ne relève pas de l’impôt sur les sociétés.

Dans l’autre catégorie, celle des biens non meublés, vous serez assujetti au régime microfoncier qui déploie un abattement forfaitaire de 30 % pour couvrir vos charges d’entretiens et autres frais de gérance, si vos revenus bruts perçus au titre des loyers ne dépassent pas 15 000 euros. Au dessus de cette somme, le régime d’imposition au réel s’impose.

Ici vous pouvez déduire les frais d’entretien de gérance, les intérêts d’emprunts, les primes d’assurances.
Avantages fiscaux avec les dispositifs Borloo et Robien.

- Loi Borloo l’investissement locatif qui doit être loué à des familles dont les revenus ne dépassent pas un certain plafond peut procurer un amortissement de 65 % du bien sur 15 ans.

- Loi Robien Sans contrainte de louer en tenant compte des revenus des locataires, la loi Robien peut procurer un amortissement de 50 % du bien sur 9 ans.

- Loi Malraux Elle s’applique plus spécifiquement pour les investissements immobiliers réalisés dans le cadre de la protection du patrimoine, et permet de déduire du déficit foncier résultant des travaux réalisés sur ces biens.




Mots-clefs :Immobilier

Enregistrer un commentaire

 
Copyright © 2013 HebdoCity
Powered by Blogger